Les risques de l'hyperconnectivité

 

Les Etudes présentées ici, traitent de l'utilisation des téléphones mobiles au volant, et des risques associés.
Les chiffres exposés augmentent rapidement en corrélation avec la croissance exponentielle et généralisée de l'utilisation des téléphones mobiles et des services associés ( emails, notifications diverses, applications, réseaux sociaux, etc.)

 

 

 

 

L'étendue de la problématique de l'utilisation du téléphone (notamment du smartphone) au volant, et de ses conséquences est encore mal connu.
Le but des études et des documents ci-après, n'est pas de présenter une étude scientifique exhaustive, mais simplement; par delà l'obligation légale de l'article L 4121-1 du code du travail, imposant à chaque employeur une obligation pour prévenir les risques liés à l'utilisation d'un véhicule dans le cadre professionnel; de sensibiliser les décideurs aux problèmes du téléphone au volant, et des risques associés.

En mesurant les enjeux, vous apprécierez plus certainement l'intérêt pour vous et vos collaborateurs, de rejoindre la communauté drive or phone.

Nota: quelques unes de ces études datant de près de cinq ans, et n'ayant pas été renouvelées depuis, certains des chiffres exposés sont bien inférieurs à la réalité d’aujourd'hui.

 

Le risque d’accident est multiplié par 23

L’institut américain VTTI (Virginia Tech Transportation Institute) réalise en 2009 l’une des études les plus abouties sur le téléphone au volant. On y découvre que composer un SMS ou rédiger un email au volant multiplie le risque d’accident par 23,2.

Étude du Virginia Tech Transportation Institute (285 pages)

5 secondes sans voir la route à chaque message lu en conduisant

Cette même étude réalisée par le Virginia Tech Transportation Institute (VTTI) est formelle : envoyer ou lire un texto ou un mail en conduisant oblige le conducteur de quitter la route des yeux pendant environ 5 secondes (4,6 secondes dans une intervalle de 6 secondes), le temps de parcourir plus de 100 mètres, l'équivalent de la longueur d'un terrain de football.

Étude du Virginia Tech Transportation Institute (285 pages)

27% des conducteurs regardent Facebook en conduisant

L’étude a été menée par Braun Research. Elle démontre l’évolution récente des comportements des conducteurs face à l’évolution exponentielle de l’hyperconnectivité au volant. Il en résulte que 27 pour cent des conducteurs âgés de 16 à 65 ans ont fait savoir qu’ils s’étaient rendus sur Facebook chaque fois qu’ils conduisaient. Parmi les autres découvertes mises en exergue par l’étude, 17 pour cent des conducteurs prennent un selfie (ou une photo) en conduisant. Les messages par texte restent l’activité la plus répandue, suivis des courriels et d’une façon plus générale de la navigation sur internet.

Étude Braun Research (8 pages)

49% des accidents de travail avec arrêt ont lieu sur la route

Près d’un accident mortel sur deux dont sont victimes les salariés, sont des accidents de la route. En 2011, une publication de La Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), nous confirme que 49% des accidents mortels au travail sont des accidents de la route. Il faut également tenir compte des milliers d’accidents avec arrêt, dont un grand nombre avec incapacité permanente et les millions de journées de travail perdues.

Publication CNAMTS (108 pages)

34% des accidents ont pour cause la distraction au volant

Selon les études, ce facteur de distraction au volant est présent dans 25% à 50% des accidents corporels. Une étude INRETS de 2009 a conclu que la distraction au volant concerne 34,3% des conducteurs impliqués dans les accidents corporels étudiés. Le téléphone portable étant la source numéro 1 de la distraction au volant. Sans oublier le fait que les évolutions récentes des Smartphones entrainent une augmentation de notre hyperconnectivité, notamment en situation de conduite.

Rapport de l'INRETS (139 pages)

10 morts et blessés graves chaque jour en France pour cause d’hyperconnectivité.

Dans cette vidéo la sécurité routière rappelle que le bluetooth n’est pas interdit; à contrario, un téléphone porté à l’oreille est source d’accidents.
Chaque jour dix personnes meurent ou sont grièvement blessées sur les routes (en France) à cause d'une communication téléphonique… Et combien d'autres, faute d'avoir regardé l'écran de leur téléphone au-lieu de la route.

1,2M€, le coût moyen d’un accident en cas de décès

L'Observatoire National Interministériel de la Securité Routière publie régulièrement le bilan de la sécurité routière en france. Dans ce bilan, il publie l'estimation des coûts unitaires pour les sinistres corporels et matériels. Il nous informe ainsi que le cout moyen d'un accident corporel est évalué à 147000€ (plus de 1,2 millions d'€ en cas de décès) et à 6526€ pour celui d'un accident purement materiel.

Rapport de l'ONISR (608 pages)

2/3 des conducteurs reconnaissent utiliser leur téléphone au volant

L’IFOP pour les associations Promotion et Suivi de la Sécurité Routière en Entreprise (PSRE) et Assureurs Prévention, observe en 2012 que près des 2/3 des salariés utilisent leur téléphone au volant. Ces dernières années, une très forte progression de l’usage du téléphone au volant a été recensée ce qui porterait l’estimation à bien plus des 2/3 aujourd’hui.

Étude de l’IFOP pour la PSRE (23 pages)